Newsletter
Membre du Réseau Européen
des Centres Cultures de Rencontre
>> - Rencontres littéraires (archives 2013) 

Rencontres littéraires (archives 2013)

Jeudi 14 mars 2013 à 20h00 

Gilberte FAVRE

Gilberte Favre Auteur d'une dizaine de livres (poèmes, romans, récits) dont le dernier, Des Etoiles sur mes chemins, a obtenu le Prix de la Loterie romande 2012. L'amour de la lecture et de l'écriture l'habite depuis son enfance. Elle publie ses premiers textes à quinze ans. Trois ans plus tard, elle accomplit le «pèlerinage» de Charleville afin d'aller se recueillir sur la tombe de Rimbaud. Elle a un peu plus de vingt lorsqu'elle prend la route, avec des amis et en 2CV, en direction du Moyen-Orient. Ce voyage de quatre mois, au contact des plus humbles, la changera pour la vie. Depuis, elle tenta de concilier le journalisme et l'écriture littéraire. Elle fut proche de plusieurs écrivains: Corinna Bille (dont elle a écrit la biographie Corinna Bille, le vrai conte de sa vie), Maurice Chappaz, Claude Roy et Andrée Chedid. Gilberte Favre ne recourt pas à l'imaginaire mais à la mémoire et à l'observation. Ses livres émanent des véritables «leçons de vie» qu'elle a perçues sur ses chemins, d'ici au Liban, en passant par le Kurdistan, le Vietnam et le Hoggar: solidité des amitiés, esprit de fraternité, deuils, guerres, beautés de la nature. L'Hirondelle de vie, chronique des enfants du Liban (1988, L'Aire), Survivre et Une vie entre parenthèse attestent d'un attachement quasi viscéral pour le Pays des Cèdres et de son refus de l'injustice. Comme un acte de mémoire et Des Etoiles sur mes chemins rappellent que le pays natal de cette nomade de nature est un pays de montagnes qui pourrait ressembler au Valais. Gilberte Favre vit aujourd'hui entre le val de Bagnes et Lausanne.

Pour écouter la rencontre, cliquer ici >>

  ============================================================

Jeudi 23 mai 2013 à 20h00
Daniel de ROULET

Daniel de Roulet est né à Genève en 1944. A 4 ans, il rêvait d’aller en vacances au bord de la mer, à 15 d’aller vivre à Paris. A 20 ans il rêvait de révolutions, à 25 de terminer ses études d’architecte, à 30 de programmer d’énormes ordinateurs, à 37 d’aimer longtemps la même femme, à 50 de courir le marathon de New York.
Copyright Thomas Andenmatten

Ayant réalisé ses rêves, il s’est mis inventer des personnages de roman qui rêvent à sa place. L’homme qui tombe, Kamikaze Mozart, Le silence des abeilles ainsi que Fusions, tous parus chez Buchet/Chastel, font partie d’un roman-fleuve qui chante l’épopée de l’atome. Il publie aussi des essais (dernier paru : Ecrire la mondialité) et des chroniques. Ainsi dans Légèrement seul, sur les traces de Gall, Daniel de Roulet rend compte de son voyage à pied de Saint-Malo à Soissons, 600 kilomètres. Colomban, Gall et quelques autres moines partis d’Irlande ont traversé l’Europe pour y fonder des monastères, tels celui de Saint Gall en l’an 612. Quatorze siècles plus tard, sur ces traces désormais effacées, le marcheur solitaire et léger passe d’un bourg à l’autre, note les signes, les paysages, les embûches, découvre le boccage normand, une ancienne route romaine ou les traces de Madame Bovary. Personne ne se risque plus sur la route d’un village à un autre, on a peur des voitures ou des chiens. Mais elle est là aussi, l’aventure, celle du dernier routard qui rend l’asphalte sympathique.
==================================================

Jeudi 26 septembre 2013 à 20h00
Jean TEULE : « Fleur de tonnerre», Editions Julliard.

Née en 1803, décapitée en 1852. Hélène Jégado, dite Fleur de tonnerre, a grandi comme une herbe vénéneuse, agrippée à la terre salée d'une Bretagne sauvage, vouée aux diables et ballotée aux vents des fées "secourables ou persécutantes".

Fasciné. Avec l'énergie d'un explorateur, Jean Teulé arpente le pays celtique dans les pas de l'empoisonneuse qu'il présente comme la plus terrifiante meurtrière de tous les temps.



Tout commence dans le hameau de Kerhordevin en Plouhinec, dans le Morbihan, non loin des plages, dans le cou de la bestiole que dessinent les côtes de Bretagne. Le XIX ème siècle vient tout juste de commencer, dans une région "à peine effleurée par la civilisation". Jean, le père, se considère comme un noble de Plouhinec, "un noble de rien". Anne, la mère, nourrit Hélène d'histoires maléfiques et de "sorcelle". Pour vaincre sa peur de l'Ankou, Fleur de tonnerre, se réfugie dans la lande. Elle se ressource adossée à un menhir. Est-ce là que la ravissante et frêle enfant résout de devenir "indémolissable"?


Copyright Ulf Andersen / Crédit : www.juliard.fr

Au début, Jean Teulé échappe de justesse à un apprentissage de mécanicien en dessinant. En 1988 il publie "Gens de France", il lance le genre de la BD-reportage, fait un carton auprès du public et s'offre en prime le Prix du Meilleur album à Angoulême 1989. On l'associe aussitôt au style Raymond Depardon. La télévision vient chercher ce raconteur d'histoires. On le voit quelques années chroniquer dans "L'assiette anglaise" et "Nulle part ailleurs", sur Canal+. Un jour une éditrice de Juilliard le convainc de s'essayer à l'écriture. Pourquoi pas? Les romans tous plus noirs et plus sanglants les uns que les autres se suivent. Le public s'élargit. Les adaptations au cinéma ou en bandes dessinées sont légion. Imperturbable, Jean Teulé ne lâche plus sa plume.

 

  ====================================================

Jeudi 21 novembre 2013 à 20h00 
Michel Layaz: «Le tapis de course», éditions Zoé.

" Pauvre type!" Comment deux petits mots de rien, deux mots dits presque à la légère et sur un ton parfaitement neutre, peuvent-ils ébranler toute une vie de certitudes?...

Démonstration brillante et implacable dans "Le tapis de course", le onzième et dernier opus de Michel Layaz. Un temps fort de la rentrée littéraire.

Le narrateur dit je. Il s'épanche et se répand, mais il n'a pas de nom. Anonyme il est, anonyme il restera - à moins peut-être que celui qui le lit s'y reconnaisse?! -. Tout commence un sinistre 22 août. Précisément dans la file d'une caisse de supermarché. C'est là que ce pauvre type est lâché avec désinvolture. Je en reste bouche bée. Il bouillonne. Va répliquer, veut frapper "lui bouffer la langue". Trop tard, le jeune homme a déjà disparu. Mais le poison est dans la pomme. Un comble! Notre homme, bibliothécaire de profession, chef du Secteur Littérature et Philosophie de la grande bibliothèque et roi de la pique assassine, en perd ses mots. Faut-il les dire, les écrire? Existe-t-il seulement des mots assez forts pour colmater pareille séisme.

Tantôt truculent, tantôt joyeux, tantôt frondeur ou introspectif, Michel Layaz a déjà amplement démontré son plaisir et son talent à pétrir la langue française. Et bien celui qui avoue entretenir un rapport charnel avec l'écriture, celui qui entend en faire une véritable offrande à la langue, se révèle aujourd'hui tout aussi habile, efficace et impitoyable pour sonder les lâchetés et la noirceur de l'âme humaine.

 


Archives
2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008  


administration

fax 027 452 23 33


fax 027 451 22 19
case postale 403
3960 Sierre / Suisse
Plan du site - /boomerang